Soirée des Léonards

La 9e édition des Grands Prix du génie-conseil québécois a eu lieu le 31 mars 2011, au Centre des sciences de Montréal, sous la thématique Créateur d’équilibre : le génie-conseil québécois partenaire de notre qualité de vie. Cet événement, toujours très attendu des ingénieurs-conseils, de leurs clients et des différents intervenants de l’industrie du génie au Québec, vise à promouvoir les meilleures pratiques en matière de réalisation de projets. Les prix Léonards, symbole de la plus haute qualité en ingénierie, sont remis chaque année aux maîtres d'œuvre et aux firmes de génie-conseil dont les projets représentent des modèles à suivre en termes de conception, de réalisation et de développement durable.


Des prix Léonards ont été décernés dans 10 catégories. Les 38 projets reçus cette année témoignent de l'expertise, du savoir-faire et de la capacité d'innovation du génie-conseil québécois. Le jury, composé de gestionnaires de haut niveau, d'ingénieurs et d'architectes, s’est acquitté de la tâche, parfois ardue, de désigner un lauréat pour chacune des catégories. Finalement, à la lumière de tous les projets examinés, il a sélectionné un projet « coup de cœur », à qui a été attribué le Prix Visionnaire.

 

 


Partenaire principal


Partenaire majeur


Vidéo d'ouverture

 

 


Créateur d’équilibre : le génie-conseil québécois partenaire de notre qualité de vie


Dans un projet, les ingénieurs poursuivent sans cesse une quête d’équilibre : sur le plan du budget et des échéanciers, entre la préservation de l’environnement et le développement économique, entre l’esthétique et la fonctionnalité, entre le design et la durabilité. De plus, les professionnels doivent maintenir un équilibre entre les différents intervenants, entre la relève et l’expérience, entre la conception et la surveillance, entre les méthodes éprouvées et l’innovation…

Au-delà de ces éléments, le thème des Grands Prix permet avant tout de faire le lien entre le travail de l’ingénieur et la société. Tout le monde dans sa vie recherche l’équilibre. L’ingénieur, lui, en fait sa vocation.